Comment les « luthériens » français sont-ils devenus « calvinistes » au XVIe siècle ? Mardi 12 décembre 2017 à 18h00 à La Rochelle

 2017 12 12 Petite

Sans avoir jamais quitté l’Allemagne, Luther est arrivé avant Calvin en France. Ses premiers lecteurs, ses traducteurs, ses disciples, dans les années 1520-1530, étaient pourchassés dans le royaume comme hérétiques « évangéliques » ou « luthériens ». A partir de 1530, les petits groupes évangéliques clandestins se sont radicalisés, sous l’influence du courant réformateur schismatique de Zwingli et des villes suisses. Jean Calvin en était. Réfugié à Bâle, puis à Genève, il a assimilé, synthétisé et fait passer en langue française la Réforme du monde germanique et suisse. Tourné vers la France, il a construit un modèle d’Eglise apte à la survie en milieu hostile. 

Dès les années 1540, les « Eglises réformées » clandestines ont été sous l’influence décisive de Calvin : par les livres, les flux de réfugiés vers Genève, puis l’envoi de missionnaires de Genève vers la France.

Par Marianne CARBONNIER-BURKARD, maître de conférences honoraire à l’Institut protestant de théologie de Paris

L'année 1917 : la matrice du XXe siècle - Mardi 14 novembre à 18h00 à La Rochelle

2017 11 14

 

Les évènements de l’année 1917 ont marqué, c’est connu, le « tournant » de la Grande Guerre. Mais ils ont une portée historique plus considérable encore, puisque certains d’entre eux contribuent à façonner tout le XXe siècle, à en construire sa matrice. L’entrée des États-Unis dans le conflit en avril inaugure un long XXe siècle américain ; les révolutions russes de février et d’octobre ouvrent le « Court XXe siècle » jusqu’en 1991, dont nous parle l’historien Éric Hobsbawn ; la Déclaration Balfour de novembre et l’entrée des Britanniques à Jérusalem en décembre transforme la vieille « question d’Orient » pour laisser la place à une nouvelle configuration tragique au Moyen-Orient jusqu’à nos jours. L’année 1917 ne constitue pas seulement un tournant dans l’histoire ; cette « année terrible » marque aussi pour longtemps les mémoires, avec cette grande « fatigue des peuples » sur les fronts et à l’arrière, son cortège de brutalités et de souffrances dans les tranchées, ses mutineries dans diverses armées et leur répression, lançant ainsi toute une série de débats mémoriels, encore présents dans l’espace public aujourd’hui.

 

Par Robert FRANCK, professeur émérite à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

31 octobre 1517 : une dispute qui tourne mal ? 500e anniversaire de l'affichage des thèses de Luther - Mardi 17 octobre à 18h00 à La Rochelle

2017 10 17 Petite

 

Le 31 octobre 1517, Martin Luther, professeur de théologie à l’université de Wittenberg, aurait affiché des thèses de la vertu des indulgences. Si ce récit du geste fondateur de la Réformation relève sans doute de la légende, nul doute que Luther à élaboré « 95 thèses » pour participer au débat sur les indulgences, déclenché par la décision pontificale promettant  une indulgence plénière contre paiement d’une obole (1515).

Ce qui aurait pu rester une dispute académique entre théologiens aboutit à une rupture au sein du christianisme occidentale. Une dispute qui a mal tourné ?

Par Didier POTON de XAINTRAILLES, professeur émérite à l'Université de La Rochelle, président du Musée rochelais d'histoire protestante

Plus d'articles...

Logo
Association Des Amis des Archives
de Charente Maritime

35 rue Vaux de Foletier
17000 La Rochelle

Tél : 05 46 66 30 02

 
Carte La Rochelle petite

LA ROCHELLE
35 rue  Vaux de Foletier
17042 La Rochelle Cedex 1

Carte Jonzac petite

JONZAC
81 - 83 rue Sadi Carnot
17500 Jonzac